Des héros issus de la vraie vie et des femmes Christel Mouchard/3

apache aux yeux bleusLe dernier roman de Christel Mouchard « L’Apache aux yeux bleus », plébiscité par les ados qui l’ont dévoré dans le cadre de Littérado 2015-2016, nous fait découvrir l’histoire vraie d’Herman Lehmann. En 1870, Herman est un jeune garçon texan enlevé par les indiens de la tribu des Apaches pour devenir le fils du chef et devenir un véritable guerrier apache. Il passa plusieurs années parmi les indiens. Son histoire, il l’a lui-même raconté dans ses Mémoires. C’est dans celles-ci que Christel Mouchard a puisées, pour nous raconter la vie de son héros. Elle aime s’emparer de personnages réels et romancer leur vie pour nous la rendre proche.

deviChristel Mouchard aime aussi les héroïnes « fortes et rêveuses » qui se trouvent confrontées aux injustices, comme Linda (dans « Une fille dans la forêt »).
Tchinza (dans « Princesse africaine »), et Devi (dans « Devi bandit aux yeux de femme ») sont des rebelles, elles refusent la vie à laquelle on les prédestine, elles choisissent leur trajectoire et bousculent l’ordre établi.jade

Le goût des voyages Christel Mouchard/2

coffretaventure-copie-729x1024Depuis 20 ans, Christel Mouchard travaille en tant qu’historienne sur le voyage et les explorations. Curieuse et passionnée de voyages, elle explore tous les horizons. Dans ses romans comme dans sa vie, elle saute d’un continent à l’autre : Afrique, Amérique, Asie. Ses voyages sont pour elle une matière première qui nourrit son écriture. Elle observe beaucoup, rencontre les gens de là-bas, découvre d’autres façons de vivre ailleurs.metadata-image-990

Dans ses écrits de fiction, aussi bien pour les jeunes que pour les adultes, son souci du réel est très présent, et il passe par la précision de son travail préparatoire et de sa documentation. Elle parvient à emporter son lecteur aussi bien dans les grandes plaines américaines, qu’au plus profond de la forêt équatoriale, ou que dans la région des ravines près du Gange.

deviElle dépeint, avec un plaisir palpable la diversité des cultures. Et le fil qui relie ses œuvres est l’humanité de tous ses personnages. Face aux difficultés, ils parviennent à se dépasser grâce à l’entraide et l’affection qui les relient, et parce que l’attirance et la curiosité pour l’Autre transforme chaque rencontre en richesse.

Qui est Christel Mouchard ?

Un sourire doux, un regard bienveillant, Christel Mouchard est une femme avec qui on a envie de parler. photo Christel Mouchard photo Ugo MayaudElle a beaucoup de choses à raconter, et elle aime transmettre.

Journaliste, historienne, auteure et éditrice, l’écriture est sa passion.

En 2006, elle signe son premier roman jeunesse « Princesse africaine », qui nous plonge en plein Zimbaboué, pour une aventure dépaysante où l’on croise des personnages inoubliables ! Puisant ses personnages dans le réel, et dans l’histoire, elle nous fait découvrir de véritables héros auxquels on veut ressembler, et nous donne envie d’en apprendre d’avantage sur les lieux et les époques qu’elle parcourt. elles-ont-conquis-le-monde

En 2007 elle publie « Elles ont conquis le monde : les grandes aventurières 1850 -1950 ». Dans cet
essai, elle dresse une véritable galerie de portraits de femmes, connues et méconnues.

Ses romans jeunes ont été primés à plusieurs reprises. Et son dernier roman « L’apache aux yeux bleus » est sélectionné aux prix des Incorruptibles pour l’année 2016-2017

Et là, tout de suite maintenant? Charlotte Bousquet/3

la-ou-tombent-les-angesDans l’actualité récente, Charlotte Bousquet a signé deux romans pour les ados dans la collection Electrogène édité par Gulf Stream. « Là où tombent les anges » illustre le quotidien de plusieurs femmes en France de 1912 à 1920 pendant que les hommes font la guerre. Dans « Sang-de-Lune », elle parle de notre Monde tout en projetant notre imaginaire sur une autre planète, un autre temps où les femmes seraient soumises aux Hommes. Et dans ce monde Alta, où ils auraient tous les droits , la lapidation se vit en public et en famille…sang-de-lune

De ces deux époques sinistres ou pessimistes, Charlotte Bousquet tire des portraits de femmes qui résistent, travaillent, écrivent, s’émancipent…

Si la fuite est difficile et dangereuse pour les « Sang-de-Lune », on devine dans le récit sur la première Guerre Mondiale que les Femmes grâce à l’amitié, la solidarité ou leur courage sauront trouver leur chemin de la liberté peu importe le temps que cela prendra.

Des romans pour tous les goûts Charlotte Bousquet/2

achipel-des-numineesLittérature de l’imaginaire (« L’archipel des Numinées »), roman historique (« là où tombent les anges »), roman graphique (« Rouge Tagada »), roman à suspens (« Proie idéale »), des nouvelles… Charlotte semble prête à explorer tous les territoires et ses lecteurs/lectrices sont de plus en plus nombreux à la suivre.proie-ideale

« Mes goûts sont assez éclectiques » dit-elle.

Auteure d’une trentaine de romans pour les ados et les adultes, on trouvera souvent des personnages avec des prénoms peu communs : Gia, Arienn, Lune, Inna, etc…

Ce sont des jeunes femmes qui vont traverser des épreuves et trouver dans l’amitié et les solidarités féminines, une nouvelle façon de s’affirmer.

Sensible au combat écologique, passionnée par les chevaux et cavalière dès son plus jeune âge, Charlotte Bousquet voit loin et continue d’avancer.

Qui est Charlotte Bousquet ?

cbousquet Elle a 43 ans, et a fait des études de philosophie. Auteure, scénariste et grande lectrice de « la recherche du temps perdu » de Marcel Proust, ses héros et héroïnes de fiction favoris sont des personnages qui ont bousculé les normes.

Elle accuse un penchant pour les personnages masculins romantiques ou sentimentaux et se régale des intrigantes romanesques.

Dis-moi ce que tu lis, je saurai qui tu es ?

Son goût le plus révélateur est sans doute celui des héroïnes émancipées et aventurières (de Fantômette à Hermione Granger) devenues des modèles plus ou moins avoués pour des nouvelles générations de lecteurs, lectrices et écrivains qui n’ont plus froid aux yeux.

Petit retour en arrière : Une année de fou-livres au collège Twinger

Voici le carnet de lectures du club lecture du collège Twinger.

Découvrez-y quelques photos du tournage de leur film (inspiré du roman Cornichon Jim), la vraie-fausse interview des auteurs, à la manière d’une émission littéraire, et les moments forts qui ont rythmé leur année Littérado !

 

Attention : scènes inédites

Douze ans

Les élèves de 3ème du collège Jean Monnet ont pris la plume de Lorris Murail pour inventer et écrire des scènes inédites du roman « Douze ans, sept mois et onze jours ». Ils se sont glissés dans la peau des personnages pour essayer de comprendre leurs pensées, leurs motivations, leurs émotions. Voyez le résultat : c’est très créatif !

Si Walden osait parler à son père, il lui dirait :

« Papa, comment as-tu osé me faire ça ? Me détestes-tu tant que ça ? Tu m’as toujours pris pour un faible, mais as-tu déjà vu le vrai moi ? On a toujours été proche, mais du jour au lendemain, tu as montré ta vraie face. Tu sais quoi ? Je peux très bien me dérouiller sans toi. Tu trouves ça normal, de laisser ton propre fils seul dans une forêt ? De l’abandonner sous prétexte qu’il est faible ? Moi non. Pourquoi tant de haine ? »

« Une mauviette. Un fragile et pas sportif. Ça c’était avant. Avant, j’en parle plus. Maintenant, c’est le présent. Un homme, un vrai, c’est moi. Affronter la vie et ne pas l’éviter, c’est toujours moi. N’importe quelle situation, je la regarde en face. Sur le physique, je suis encore petit, mais mentalement je suis grand. Avant c’était la maison, maintenant c’est la forêt. J’ai arrêté de pleurer. »

Si l’orignal de la forêt pouvait parler, il dirait :

« Vous les hommes, vous n’êtes bons qu’à détruire, brûler, tuer les habitants de ma douce forêt. Si vous continuez, la forêt vous emprisonnera. Les aigles vous survoleront, les castors créeront des barrages pour faire monter le cours de l’eau et vous vous noierez. Seule la montagne pourra vous sauver. Et si vous y montez les loups vous y attendront et vous ramèneront à moi. J’aviserai alors de votre sentence tel un grand juge. Et la forêt sera votre tombeau. »

Si le pigeon voyageur pouvait parler, il dirait :

« Je suis dans un grand doute. J’ai vraiment très peur d’échouer et de ne pas réussir à transmettre le message. Je suis un pigeon idiot. Si je n’arrive pas à transmettre ce message, j’aurai sa mort sur ma conscience de pigeon. Tous les autres pigeons vont se moquer de moi, je n’oserai plus jamais transmettre de SOS de ma vie. Je sais que je n’y arriverai pas. Je ne suis qu’un simple pigeon sale et inutile. Je vais rester au bord d’une fenêtre : là au moins, je ne tuerai jamais personne. »

Si la voiture Chevrolet pouvait parler, elle dirait :

« Je ne suis peut-être qu’une voiture, mais j’ai une âme, des opinions, comme toutes les voitures d’ailleurs ! Nous, les voitures, tout comme vous les hommes, avons une devise à respecter. Elle a été écrite par notre grand savant japonais, Monsieur Nissan. Cette devise est la suivante : « le sage ne dit pas ce qu’il ressent, tandis que le sot ne ressent pas ce qu’il dit ». (…)Toutes les voitures du monde sont adeptes de cette devise, nous y compris, jusqu’à ce jour. Moi, en tant que chef des Chevrolet, j’ai décidé de ne plus me soumettre à cette devise. Et j’ai décidé de me venger de tout ce que vous nous avez fait, vous les hommes (…). Nous les Chevrolet, nous vous annonçons, en ce jour du 1er novembre 2013, qu’une révolution va éclater, ou devrais-je dire une guerre ? Je l’autoproclame « Troisième Guerre Mondiale » ! Attendez vous au pire… »

 

Souvenirs en images

LITTER@

         JEU©

salle de la bourse  salle de la bourse 2 salle de la bourse 3

Les romans sont devenus : dessin, mime, questions, mots et images… les élèves se sont pris au jeu des énigmes que nous leur avions concoctées.

Quand les ados lisent

Ce matin, les jeunes d’Illkirch, d’Eckbolsheim, de Gerstheim, de Bishheim, de Geispolsheim, de Lingolsheim et des collèges de Strasbourg sont venus à la médiathèque Malraux, et à la salle de la Bourse pour élire leurs romans préférés.

Cette année a été riche, parfois les lectures ont été difficiles, parfois elles vous ont surpris, enthousiasmés… Les romans ont circulé de mains en mains, avec un « super ! », « j’ai adoré », « j’ai détesté », « j’ai pas réussi »…

Les livres c’est comme les gens. D’abord, on ne les connait pas, parfois on les juge sans savoir, parfois on y va directement parce qu’on a envie de les rencontrer, parfois on y va à reculons parce qu’ils nous font peur. Et souvent, il se passe quelque chose qui valait le coup ! Quelque chose qui nous récompense de l’effort !

Cette année encore, les livres ne vous ont pas laissés indifférents ! Les échanges de ce matin, dans la détente et la bonne humeur nous l’ont encore prouvé !                                   MERCI A TOUS !

Vous avez élu MEILLEUR ROMAN LITTERADO 2015-2016

mentine arme dans la tête

    Mentine de Jo WITEK    Une arme dans la tête de Claire Mazard