Vous avez aimé La fourmi rouge

Avec un œil qui part en vrille et une vie qui prend peu à peu la même direction, Vania Strudel, 15 ans, nous entraîne dans ses aventures rocambolesques. Son père est un taxidermiste farfelu, son quotidien au lycée n’est pas toujours facile mais, c’est décidé, Vania va prendre sa vie en main et s’affirmer ; l’insignifiante petite fourmi noire va se transformer en piquante fourmi rouge et affronter la réalité.
Vania nous raconte son histoire avec beaucoup d’autodérision et cela donne un roman rythmé, déjanté, optimiste et rempli d’humour.

 

 

 

Vous aimerez peut-être d’autres histoire du même genre :

Les petites reines, Clémentine Beauvais

Comment bien rater ses vacances, Anne Percin

Mentine, Jo Witek (le tome 5 vient de sortir, et est disponible en médiathèque !)

 Le journal intime de Georgia Nicolson , Louise Rennison

Publicités

Vous avez aimé « Gustave Eiffel et les âmes de fer »

 Dans ce roman, vous rencontrerez le jeune Gustave Eiffel, tout juste sorti de son école d’ingénieur, et cherchant son premier travail. C’est la S.S.S.S.S qui va le recruter  -La Société Super Secrète des Savants en Sciences Surnaturelles. Elle étudie les phénomènes paranormaux, et protège le pays des créatures fantastiques dangereuses. Gustave va y être formé à affronter les plus grands dangers. Dans ce Paris de 1855, les usines de métallurgie fleurissent. Et c’est dans l’une d’elle que Gustave va devoir réaliser sa première mission. Un roman haletant, déroutant et passionnant dans lequel se mêlent les créatures magiques, les expériences scientifiques les plus folles, et les mécaniques les plus diaboliques !

Un peu de musique pour accompagner la lecture de Gustave Eiffel

Si vous aimez cet univers « steampunk » -cette branche de la SF, qui se déroule au 19ème siècle dans un monde très mécanisé et industriel, dont Jules Verne est le précurseur- emparez vous sans attendre de ces romans :

Les Mystères de Larispem, Lucie Pierrat-Pajot

Presque minuit, d’Anthony Combrexelle

L’expédition H.G. Wells de Polly Shulman

 

 

 

 

et la série manga City Hall

Quelques films à voir ou à revoir

Hugo Cabret

20000 lieues sous les mers

 

Et en quittant l’ambiance Steampunk, mais pour retrouver le plaisir d’une bonne enquête menée dans un Paris magnifique du 19ème siècle, regardez Dilili à Paris de Michel Ocelot

 

Vous avez aimé Mes voisins les Goolz..

Sale nuit pour les terreurs !

Harold, 13 ans est en fauteuil roulant, s’ennuie un peu dans sa une vie plutôt tranquille avec sa mère et se dit « à l’aise dans ses baskets » malgré Alex et sa bande, qui ne perdent jamais une occasion de s’en prendre à lui. Lorsque le célèbre écrivain de romans d’épouvante Franck Goolz et ses deux filles emménagent à côté de chez lui, Harold se réjouie et espère que cela pimentera son quotidien. En se liant d’amitié avec les sœurs Goolz, il ne se doute pas à quel point sa vie va changer…
Tout d’abord, des phénomènes étranges, surnaturels vont apparaître dans la maison des Goolz, puis Iona, l’ainée des Goolz, lui confie la « Pierre de morts », un objet magique très puissant. Malgré les recommandations d’Iona, Harold va être tenté de s’en servir, mais à quel prix !

La thématique de l’objet magique pouvant se révéler dangereux, pour celui/celle qui le possède se retrouve dans d’autres romans :
La Pierre de Résurrection,  est une des trois Reliques de la Mort dans la saga Harry Potter. Elle a le pouvoir de faire revenir les morts en tant que spectres, mais pas de les ressusciter.

 

 

 

 

 

L’anneau unique, forgé par Sauron, dans le Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien, est un anneau qui rend invisible celui qui le porte. Il est également un objet qui a une emprise néfaste sur le porteur et se révèle une menace pour la Terre du Milieu.

 

 

 

La Peau de chagrin, dans le roman du même nom d’Honoré de Balzac, un talisman qui se charge de réaliser tous les vœux de son propriétaire, mais qui se rétrécit à chaque vœu accompli, abrégeant la vie de son propriétaire dans les mêmes proportions.
Illustrations d’Adrien Moreau

 

 

 

Si vous raffoler des fantômes et autres esprits vengeurs vous serez servi avec ces références :
L’étrange vie de Nobody Owens : roman de Neil Gaiman adapté en bande dessinée par P. Craig Russell.
Nobody Owens a été élevé dans un cimetière par des fantômes. Il a pour père de substitution un vampire. Nobody est menacé depuis sa naissance et redoute d’être retrouvé par le terrible Jack –

– On ne peut que vous conseiller l’excellent roman de Bertrand Santini (sélection Littérado 2017-2018) pour vous tenir en haleine et en compagnie de fantômes complètement loufoques.

 

 

 

 

 

 

Un problème de fantôme à votre domicile ?

Pas de panique, nous avons le spécialiste : Fantômes contre fantômes de Peter Jackson 1996

Des héros très très très spéciaux : le thème du handicap est plus représenté et valorisé dans les fictions d’aujourd’hui.
Clin d’œil obligé à notre détective incroyable du roman de Romain Puértolas

 

 

 

 

Pour aborder le harcèlement lié au handicap, voyez, de toute urgence, ce magnifique film d’animation : A Silent Voice de Naoko Yamada (2016) :

Vous avez aimé « Piégés dans le train de l’enfer »

Un roman trépidant, le premier d’une nouvelle série d’Hubert Ben Kemoun  « Piégés : 3 heures pour t’en sortir ». Chaque fois le même dispositif, des personnages coincés dans un endroit et le danger rôde. Ces effets de suspens nous ont rappelé d’autres références que nous avions beaucoup aimées…

Attention, ça va à toute vitesse ! et seulement 3h de lecture…

 

Avis aux amateurs de longues et trepidantes séries d’actions, plongez dans les 17 volumes de Cherub

Découvrez 2 clips « Hold up » de Louis Chedid et « La loi de Murphy » d’Angèle qui raconte d’une autre façon, et avec des images drôles et décalées, le roman de Ben Kemoun

Petites magouilles, braquage, ou gros casse, le film « Ocean Eleven » vous entraîne dans un univers de gangsters, ou tous les coups sont permis pour rafler la mise

vous avez aimé « Le fils de l’Ursari »

Du montreur d’ours au joueur d’échecs !

Une famille de roms atterrit dans un bidonville aux portes de Paris. Sous la coupe de 2 mafieux dangereux, le fils, tout comme son frère, sa sœur et ses parents doit « trimer » dur pour rembourser la dette absurde qu’ils ont contracté ; pas évident de « s’évader » dans ces conditions  et pourtant une étrange découverte – les échecs – et des rencontres déterminantes – Mme Baleine et Mr Enorme – vont lui ouvrir, ainsi qu’à sa famille un avenir meilleur.

Avec une écriture sensible et percutante, l’auteur décrit le parcours du combattant d’une famille de roms déracinée et confrontée à la misère, la violence ; son roman, tout en nuances, est un appel à la tolérance et montre également à quel point une passion peut transformer la vie.

Pour compléter, quelques pistes de lecture, films et musique sur la vie des Roms

Des romans et documentaire

Des films

Avec la musique de Goran Bregovic (Ederlezi)

Les yeux noirs extrait de musique de la bande originale du film Swing de Tony Gatlif (certaines scènes ont été tournées dans le quartier de Neuhof à Strasbourg)

Et pour poursuivre dans le monde des échecs !

Roman de Stefen Zweig et BD de David Sala (auteur strasbourgeois)

 

Vous avez aimé « Hugo la nuit »…

« L’enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous » C’est du Shakespeare et cela signifie que les vivants sont plus à craindre que les morts.

C’est sur ces mots que l’oncle d’Hugo éteignit la lampe de chevet.
Hugo entendit ses pas s’éloigner dans le noir.
La porte se referma sans bruit.
Maintenant, la nuit pouvait commencer… »

Une nuit mémorable pour Hugo.

Les évènements vont s’enchainer plus inattendus et cauchemardesques les uns que les autres. Hugo va être confronté à l’horreur de la nature humaine mais aussi à la drôlerie et la bienveillance de l’au-delà. Le roman de Bertrand Santini est fantastique, terrifiant, plein de suspens mais également poétique et sensible.

Hugo est fan de Michael Jackson et dans une des premières scènes, tel un zombie il s’extirpe de la tombe en braillant « Cause this is Thriller, Thriller night ! »

Vous aimerez aussi

Découvrez

Et laissez vous emporter dans l’au-delà avec Coco

 

Vous avez aimé « Le collège des éplucheurs de citrouilles »

Ma vie au collège !

Le collège des éplucheurs de citrouilles de Laure Deslandes, Ecole des Loisirs.
Pas de Wifi, du quinoa à la cantine, des professeurs disons « un peu excentriques et bizarres » L’auteure dresse une truculente galerie de personnages dans un collège qui s’appelle Museaux…Une année de 5ème en internat pour Elliot, nouvellement arrivé et une année de 5ème pour Péline qui se lance comme défi d’accompagner tous les nouveaux ! Là-dessus un mystère, un vol à résoudre. Bref, une année pleine de rebondissements !

Avec humour, l’auteure aborde le thème de la scolarité mais aussi de l’amitié et la famille.

 

Pour compléter, quelques pistes de lecture et films

 

 

Retour au siècle dernier avec des films en noir et blanc à découvrir ! « la cage aux rossignols » de Jean Dreville qui a inspiré le film « les choristes » de Christophe Barratier

Et « Les disparus de Saint-Agil » de Christian-Jaque (1938)

 

 

 

Oseras-tu affronter ces fantômes ?

Si vous aimez les histoires pour vous faire peur, ouvrez ce livre Attends qu’Helen vienne, il vous promet des heures de frisson. Nous déclinons toute responsabilité, si pendant votre lecture, vos poils se hérissent, vos mains deviennent moites, si des goutes de sueur glacée descendent le long de votre dos, si vous ressentez le besoin de regardez derrière vous…

  Molly, douze ans, et son frère Michael ont du mal à aimer Heather, la fille de leur beau-père. Par ses mensonges, ses jérémiades, ses comédies, la fillette de sept ans leur empoisonne la vie. La famille recomposée déménage à la campagne dans une église désaffectée. À peine arrivés, les enfants découvrent qu’un ancien cimetière se cache au fond du terrain. Heather est fascinée par cet endroit et y passe des journées complètes. Bientôt, elle raconte qu’elle y bavarde avec le fantôme d’une enfant de son âge prénommée Helen. Et si Heather disait vrai ? Si le fantôme d’Helen hantait le jardin ? Une chose est sûre, Helen a bien existé, et Molly et Michael vont découvrir qu’Heather n’est pas sa première victime. 

 

 

Et voici pour le plaisir de prolonger ces sensations, des histoires de manoirs hantés, de disparitions inexpliquées, d’esprits malfaisants

 

Une jeune gouvernante répond à une annonce pour veiller sur deux orphelins. Après avoir accepté l’offre, elle a la nette impression de faire une erreur. Elle se rend pourtant à la demeure familiale où elle fait la connaissance des deux enfants, véritables incarnations de la perfection. Toutefois, Miss Griffin se rend compte rapidement qu’elle n’aurait jamais dû accepter ce poste…

Les innocents de Jack Clayton

Ambiance trouble et macabre dans Chloé, de Mylène Farmer

Plus vite, plus haut, plus fort !

Le roman « Double Faute » raconte comment un père pousse trop loin l’entraînement sportif de ces deux fils, graines de champions de tennis.

Les Jeux Olympiques d’hiver qui se déroulent actuellement en Corée du Sud, nous donnent envie de nous plonger dans des romans qui parlent de sports.

Le sport c’est du courage, de la sueur, de la persévérance, mais c’est aussi des histoires de rivalité et de dépassement de soi. Voici notre petite sélection du jour :

« La boxe du grand accomplissement » de Jean-François Chabas. Un beau portrait d’ado où la pratique des Arts Martiaux va aider ce jeune homme à canaliser son énergie et mieux gérer ses émotions

http://urlz.fr/4EzJ

« La petite communiste qui ne souriait jamais » de Lola Lafon. Le parcours de Nadia Comaneci, la gymnaste roumaine qui a fait l’admiration du  Monde entier pendant les Jeux Olympiques organisés pendant les années 80

http://urlz.fr/6BQb

« La gazelle » d’Hubert Ben Kemoun. L’héroïne de 17 ans réalise son rêve, elle court le marathon de Buenos Aires.

http://urlz.fr/6BQj

et ce très beau film Terre battue de Stéphane Demoustier

http://urlz.fr/6BQl

 

 

Des billes et des cartouches de balles

En 2016, vous étiez en 4ème et en 3ème, et vous avez élu comme roman préféré « Une arme dans la tête » de Claire Mazard.
Aujourd’hui, que vous soyez au collège ou au lycée, vous êtes sûrement toujours aussi concernés et révoltés par la guerre.
Dans ce roman, Apollinaire, un garçon africain, est enrôlé de force et devient soldat à l’âge de 11 ans.
C’est l’histoire de sa tentative de reconstruction en France, loin des horreurs de la guerre.
 
Les dessins d’enfants qui ont vécu la guerre, exposés à la médiathèque Malraux, nous rappellent ce roman qui vous avait
tellement touché. Allez voir cette exposition, il ne vous reste plus que 2 semaines pour le faire.
Une exposition « choc » mais nécessaire sur une réalité révoltante.
 
Exposition « Déflagrations : dessins d’enfants, guerres d’adultes », médiathèque Malraux, jusqu’au 16 décembre 2017